Accueil | Croissance | Ventre plat | Accouchement | Alimentation | Rides | Sommeil | Ados | Sexualité | Forum |
je veux grandir rapidement

puis je grandir après la puberté

Dernières Nouvelles

 

_________________________________________________________________________

Changement climatique et océan : la grande inconnue

CLIMAT - Actu-Environnement.com - 25/01/2009
 
Si les scientifiques constatent une accélération de la montée des eaux et une acidification de l'océan, nul ne peut prédire les conséquences de tels phénomènes sur le climat et pour la planète. Explication de deux spécialistes.
 
Schématisation usuelle de la circulation thermo haline

Si les océans jouent un rôle certain dans l'évolution du climat et de l'environnement terrestre, les scientifiques peinent aujourd'hui à appréhender la complexité du milieu océanique, ses interactions avec l'atmosphère et donc son impact sur le climat. S'il est certain que le changement climatique a des impacts sur les océans (montée des eaux, acidification…), la science ne permet pas de dire aujourd'hui si ces phénomènes vont se perpétuer et quelles en seraient les conséquences. Cela suscite de nombreux fantasmes et scénarios catastrophiques qui ont inspiré une large littérature et même le cinéma notamment avec ''Le jour d'après''…
Pourtant certains scientifiques appellent à la prudence. C'est le cas d'Anny Cazenave, du laboratoire d'études en géophysique et océanographie spatiales LEGOS et de Carl Wunsch, du Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Cambridge (Etats-Unis), qui étaient réunis jeudi 22 janvier à l'Institut océanographique de Paris pour une conférence.
Je ne veux pas minimiser les risques liés à de tels phénomènes, a expliqué Carl Wunsch. Mais je veux être prudent par rapport à ce que nous savons et ce que nous pouvons prédire. La science nous permet de constater certains phénomènes mais pas forcément de les expliquer. Cet océanographe met régulièrement en avant les carences des modèles actuels d'études et appelle ses collègues des sciences du climat à plus d'humilité et de prudence dans la lecture et l'interprétation des résultats de ces modèles.

Livre en pdf à telecharger

35€

Telecharger


L'océan et le climat sont étroitement liés

Les océans transportent et échangent avec l'atmosphère de grandes quantités de matière (vapeur d'eau, gaz carbonique...) ou d'énergie (chaleur, mouvement…). Ils représentent 300 fois la masse de l'atmosphère. Leur capacité de stockage de chaleur est 1.200 fois plus grande et leur capacité de stockage de carbone 70 fois supérieure. Les océans contiendraient 80 % de la chaleur du système climatique, selon les données recueillies ces cinquante dernières années par les scientifiques. Ils jouent donc un rôle essentiel dans le système climatique et une évolution de leur milieu pourrait probablement avoir des conséquences sur le climat.
Pourtant les scientifiques restent prudents dans l'interprétation des différents phénomènes constatés. L'étude des océans est encore récente et manque souvent de données anciennes qui permettent de comprendre le fonctionnement de ces milieux.
Par exemple, la circulation des océans, qui influe sur le climat et l'environnement terrestre, est complexe et souvent trop simplifiée par les observateurs, selon Carl Wunsch. Nous avons encore une méconnaissance de comment le système fonctionne, mais surtout de comment il peut changer et des conséquences d'un tel changement. Certaines simulations prévoient un changement de circulation des océans, notamment au Gulf Stream (Atlantique nord) ou au Kuroshio (Pacifique nord), il faut rester prudent. Ce que l'on sait, c'est que contrairement à l'atmosphère, l'océan a une longue mémoire. Il peut réagir à des perturbations vieilles de plusieurs milliers d'années.
S'il est difficile d'appréhender les événements futurs, les scientifiques constatent néanmoins des changements aujourd'hui : la relation entre la hausse du niveau de la mer et le changement climatique est mise en avant par de nombreux scientifiques. Cependant ceux-ci ne peuvent en donner clairement les causes et les conséquences. Illustration avec Anny Cazenave…

Une hausse du niveau des mers incontestable mais difficilement explicable

Il n'y a pas de doute, le niveau de la mer monte et ce phénomène a connu une accélération ces dernières années, explique la scientifique. Est-ce que nous allons assister à une accélération du phénomène ou est-ce une fluctuation décennale ? Il est impossible de le dire.
La science peut néanmoins affirmer aujourd'hui que le niveau de la mer, stable à la fin du XIXè siècle - début du XXè siècle, a commencé à s'élever. Sur les dernières cinquante dernières années, cette élévation s'élevait en moyenne à 1,7 ou 1,8 mm par an. Aujourd'hui, la vitesse d'élévation se situe autour de 2,4 mm par an. Les scientifiques, au travers de nombreuses études, ont pu établir un lien entre cette hausse du niveau de la mer et l'évolution des températures moyennes.
Cependant la mer ne monte pas de manière uniforme et les différents scénarios qui prédisent une montée de la mer d'un mètre d'ici la fin du siècle manquent de prudence. Selon les composantes climatiques régionales, la déformation des sols, l'apport des sédiments par les fleuves et les effets des courants et des événements extrêmes, la hausse du niveau de la mer n'est pas la même. Dans le delta du Nil ou au Bangladesh par exemple, la mer s'élève d'un centimètre par an, dû à l'effet combiné de l'enfoncement du sol et de la hausse générale du niveau de la mer.
Avant 2003, les scientifiques attribuaient cette hausse du niveau de la mer au réchauffement des océans pour 50 %, à la fonte des glaces terrestres pour près de 30 %, à la fonte des calots polaires et à la contribution des eaux continentales. Mais depuis 2003, ces phénomènes semblent avoir évolué : l'océan ne se réchauffe plus vraiment mais le niveau de la mer continue à monter. Il semble que la fonte des glaces, qui s'accélère, contribue désormais à 80 % à ce phénomène. Etant donné le peu de recul dont dispose l'étude des océans, il est difficile d'expliquer ces variations et d'essayer d'appréhender quelles seront les évolutions futures. Les gouvernements, la société, attendent des réponses claires, précises. Or la science aujourd'hui n'est pas en mesure de les apporter, analyse Carl Wunsh. Ce que nous savons, c'est que le niveau des eaux monte, que l'océan s'acidifie et que le stockage de carbone par les océans évolue. Quelles seront les conséquences de ces phénomènes ? Nous ne pouvons pas le dire précisément. Il y a des risques mais nous ne savons pas lesquels. Néanmoins dans les années à venir, il faudra apporter une attention particulière aux populations qui vivent près des côtes mais aussi à la ressource eau douce.

________________________________________________________________________

L'environnement durable L'environnement durable n'est pas un domaine réservé à l'écologie militante ou à la bonne conscience citoyenne. Les gestes éco-citoyens sont une chose, mais nous avons surtout besoin d'une maîtrise globale et raisonnée de nos pratiques. Un vaste chantier qui représente de véritables opportunités de changements dans les sociétés, dans l'économie, et dans les échanges entre les pays.
 

L'ENVIRONNEMENT N'EST PAS LA NATURE

Le langage courant associe environnement et nature, et use même de l'expression " environnement naturel ". Mais le terme "nature" pose plusieurs difficultés:
  • il est trop restrictif: la nature est surtout l'objet qu'étudie le physicien et le biologiste;
  • il est très difficile à définir: dans quelle mesure une pluie acide est-elle un phénomène naturel ou artificiel, par exemple?
  • il est idéologiquement très connoté: l'appel à la notion de nature sert à justifier tout et n'importe quoi, et fait souvent surgir des fantasmes irraisonnés d'un prétendu retour aux origines.
L'environnement durable en question Aussi a-t-on préféré les termes de milieu, d'écosystème, de biosphère, et enfin, sous l'influence des états-unis durant les années 60, le terme d'environnement. Associer " environnement " et " nature " n'est du reste pas faux en soi. Simplement, cela a pour effet de rendre l'homme extérieur à l'environnement, avec en général pour fonction d'insister sur la menace que l'homme ferait peser sur la nature.
La nature et l'homme entretiennent des relations multiples, et c'est l'ensemble de toutes ces interactions qu'on nomme l'environnement. L'environnement est donc un concept dynamique, qui comprend les influences réciproques de l'homme et de la nature.

L'environnement a diverses propriétés:
  • il constitue un ensemble d'écosystèmes;
  • il fournit les matières premières nécessaires au développement de l'humanité;
  • il offre ce qu'on appelle élégamment des services d'aménités, c'est-à-dire tout ce qui contribue au bien-être des hommes, sans pour autant se ranger sous la catégorie des biens (se promener en montagne, contempler un paysage remarquable, etc.).
Un environnement durable est donc marqué par un ensemble de relations maîtrisées par une humanité raisonnable, de manière à assurer son développement le plus justement et le plus efficacement possible, et sur le long terme.
  Au lieu de voir l'homme comme une menace, il est plus intéressant de se pencher sur la gestion environnementale, comme on parle de la gestion d'un patrimoine. l'homme vit dans un environnement, avec lequel il entretient des relations qui conditionnent son propre développement. c'est dire que la préservation et la gestion durables de l'environnement constituent une nécessité dont la prise de conscience est aujourd'hui relativement répandue. il s'agit de préserver et de gérer l'environnement de telle sorte qu'il permette de subvenir aux besoins des générations futures. rappelons les éléments-clés qui expliquent ces préoccupations récentes :
  • l'homme exploite les ressources environnementales pour assurer le développement de son système productif;
  • la transformation des matières premières, mais aussi la consommation des produits, génère des nuisances et des déchets qui ont des impacts environnementaux lorsqu'ils sont en grande quantité;
  • pour limiter ces impacts, on recycle les déchets, soit en les valorisant (on a vu des pneus usagés se refaire une jeunesse sous forme de dalles pour aires de jeux), soit en les rejetant dans l'environnement une fois traités (les stations d'épuration rejettent les eaux assainies dans leur milieu naturel).

L'ENVIRONNEMENT GENERE UNE ECONOMIE EN PLEIN ESSOR

l'economie autour de l'environnement durable On a longtemps estimé que l'économie et l'environnement étaient contradictoires, parce qu'on considérait que le respect d'impératifs écologiques représentait un frein à la compétitivité, et plus généralement à la croissance. aujourd'hui, le marché mondial montre que les mentalités ont évolué, même s'il reste encore beaucoup de choses à faire. le secteur des énergies renouvelables est marqué par des investissements et des fusions-acquisitions en progression constante, et le domaine de la recherche et du développement n'est pas en reste. en france, les industriels consacrent d'1 milliard d'euros par an aux investissements pour protéger l'environnement, soit entre 3 et 4% des investissements corporels totaux de l'industrie. de plus, la dépense nationale liée à l'environnement connaît une croissance rapide, et le domaine environnemental contribue largement au développement de l'emploi.
Tout le monde a entendu parler de la conférence de kyoto sur le réchauffement climatique en 1997. Plus récemment, la conférence de bali en décembre 2007 a réuni plus de 180 pays. Son objectif était d'actualiser et de prolonger le protocole de kyoto sur la réduction des rejets de gaz à effet de serre qui s'achève en 2012, mais l'accord visé a été reporté à la conférence de copenhague en 2009. Les résultats ont été modestes: un calendrier de négociations, et tout de même la reconnaissance par tous de la nécessité absolue de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Pour la première fois, par ailleurs, les pays émergents ont été interpellés, et notamment la chine.

Lors du recent sommet du G8 a toyako au japon, les principales puissances ont posé le principe de réduire de 50% les émissions polluantes d'ici 2050. Aucun des pays n'a cru bon toutefois de préciser quelle serait l'année de réference pour calculer cette reduction... Les états-unis ont accepté ce principe, meme s'ils ont decidé de reporter à plus tard tout engagement concret en matière de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.

Cette lutte parait importante, mais il faut aussi noter son caractère très médiatique - comme ont été médiatisées en leur temps les pluies acides, la déforestation en amazonie, ou la dégradation de la couche d'ozone. la médiatisation de tels enjeux ne doit pas occulter la nécessité de s'attaquer à d'autres chantiers tout aussi importants en matière d'environnement durable, tels que:
  • la préservation et la gestion des ressources naturelles (avec une attention particulière sur l'eau potable),
  • la conservation des espèces vivantes,
  • le respect de la biodiversité,
  • la reforestation,
  • la lutte contre la désertification,
  • la réduction des pollutions,
  • la maîtrise de notre alimentation,
  • la gestion de nos déchets.
Autrement dit, gérer durablement notre environnement est une tache qui risque bien d'être elle-meme très durable.

_________________________________________________________________________

 

 

Contact | Blog | FAQ| Conditions de vente | Mentions légales| Plan du site| Nous écrire

© Copyright 2007-2009 Commentgrandir. Tout droit Reservé